top of page

La Résidence : 45e session !

Dernière mise à jour : 12 sept. 2023

Du 1er mars au 15 juillet 2023, la Résidence du Festival de Cannes accueille 3 réalisatrices et 3 réalisateurs qui, pendant 4 mois et demi, reçoivent un accompagnement personnalisé dans l’écriture de leur scénario de premier ou deuxième long métrage. Ils seront à Cannes du 16 au 22 mai.


© Les réalisateurs et réalisatrices de la 45e session de la Résidence du Festival de Cannes. © Mohammadreza Mayghani © Mohammad Keshvari - Tang Yi © Boyang Hu - Don Josephus Raphael Eblahan © Hannah Schierbeek - Diana Mashanova © DR - Morad Mostafa © Camille Dampierre - Laura Samani © Margherita Panizon


En 2023, le Festival de Cannes a souhaité réaffirmer sa vocation de soutien à la jeune création et à la transmission de la cinéphilie. Parmi toutes les initiatives rassemblées sous la nouvelle bannière « Cinéma de Demain », la Résidence en est un des projets phares.


En effet, depuis sa création en 2000, la Résidence a accueilli plus de 250 cinéastes avec leur scénario. Parmi eux, nombreux ont connu par la suite un succès international tels que Le Fils de Saul de László Nemes (Grand Prix du Festival de Cannes en 2015, Oscar et Golden Globe du meilleur film en langue étrangère en 2016), Girl de Lukas Dhont (Caméra d’or 2018 au Festival de Cannes), ou plus récemment Nos Soleils de Carla Simón (Ours d’or à la Berlinale en 2022).



LAURA SAMANI

Laura Samani est née en 1989 à Trieste, une ville frontalière italienne où s'entremêlent les cultures méditerranéennes, slaves et germaniques. Elle est titulaire d'une licence en cinéma et communication de l'Université de Pise. Elle est diplômée en réalisation au Centre Expérimental de Cinéma de Rome grâce à son court métrage La Santa che dorme, présenté à la Cinéfondation de Cannes en 2016, puis projeté et primé dans plusieurs festivals internationaux. En 2021, son premier long métrage Piccolo Corpo est présenté à la Semaine de la Critique à Cannes. Le film a récolté plus de 40 prix à travers le monde, a été récompensé du prix du meilleur premier film aux David di Donatello en 2022 et a remporté le Prix Fipresci de la découverte la même année aux European Film Awards. L'Union des critiques italiens de cinéma (SNCCI) l'a déclaré Film de l'année 2022.


DON JOSEPHUS RAPHAEL EBLAHAN

Don Josephus Raphael Eblahan est un cinéaste et musicien de descendance Ifugao et Visayan né en 1996 aux Philippines. Ses œuvres explorent les thèmes du trauma, de la spiritualité et de la nature, racontés à travers le prisme cosmique des espaces postcoloniaux et des identités autochtones. Ses œuvres ont été sélectionnées dans des festivals tels que le Festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand où il a remporté le Prix du jury étudiant international ainsi que la Mention spéciale du jury international pour son court métrage Hilum en 2020. En 2022, son film The Headhunter's Daughter a reçu le Grand prix du jury du court métrage au Festival du film de Sundance et le Gold Hugo au 58e Festival International du Film de Chicago.


DIANA MASHANOVA

Diana Mashanova est née à Ulan-Ude, en Bouriatie. Elle est diplômée de la City University de Londres dans les industries culturelles et de création. Elle suit ensuite plusieurs cours de cinéma à Paris (Eicar) et New York (NYFA), et obtient un diplôme à la London Film Academy. Après cinq années passées à Londres, elle retourne en Russie pour étudier la réalisation à la Moscow School of New Cinema. En 2021, elle réalise son premier court métrage Toli, projeté dans les festivals du monde entier. En 2022, elle réalise son premier long métrage, développé au Feature Film Lab (MSNC), actuellement en phase de post-production. Les deux films ont été tournés en Bouriatie et produits par sa société de production indépendante « Local Cinema ». Elle travaille actuellement sur son projet de long métrage, The First Cigarette is For God, à la Résidence du Festival.


MOHAMMADREZA MAYGHANI

Né en 1995, Mohammadreza Mayghani est un réalisateur, scénariste et producteur iranien. Il est titulaire d'un baccalauréat en littérature dramatique de la Sooreh University of Arts. En 2017, il fonde Menisn Film Studios avec Baran Sarmad. La même année, il écrit et réalise le court métrage Cleaner qui dresse le portrait d'une forme de féminité singulière ressentie par une femme en attente du résultat d’un test de grossesse. Ce film a été sélectionné et primé dans plusieurs festivals internationaux. En 2020, il écrit et produit le court métrage Spotted Yellow, réalisé par Baran Sarmad et sélectionné au Festival du film de Locarno. Ensuite, il écrit, produit et réalise le court métrage Orthodontics qui se retrouve en compétition officielle au Festival de Cannes en 2021. L'histoire relate l’expérience personnelle de Mohammadreza à l’adolescence et comment l’orthodontie a affecté cette période de sa vie.


TANG YI

Tang Yi est née et a grandi à Fuzhou en Chine. Elle déménage ensuite à Hong-Kong pour des études universitaires de comptabilité. Pendant ses études, elle découvre sa passion pour l’art et débute une carrière dans la musique. Elle postule ensuite avec son clip vidéo à la NYU Tisch School of the Arts et obtient une bourse. En 2021, son second court métrage, All the Crows in the World, gagne la Palme d’or au Festival de Cannes. Yi considère être une « nomade » du cinéma. Elle développe actuellement son premier long métrage à la Résidence du Festival en parallèle du Torino ScriptLab. Yi se consacre à raconter des histoires de femmes, de minorités sous-représentées et de problèmes sociaux. Sa signature : capturer ces thèmes dans un style subversif de comédie noire.


MORAD MOSTAFA

Morad Mostafa est un réalisateur égyptien né au Caire en 1988. Il a travaillé sur plusieurs films indépendants et collaboré en tant qu’assistant réalisateur sur le long métrage Souad en Sélection officielle au Festival de Cannes 2020 et à Berlin en 2021. Morad est un ancien alumnus du Berlinale Talents Campus. Il a également écrit et réalisé trois courts métrages, tous sélectionnés durant trois années consécutives au festival de Clermont Ferrand. Ils ont été programmés dans plus de 300 festivals à travers le monde notamment au BFI de Londres, mais aussi à Palm Springs, Shanghai, Thessaloniki, Karlovy Vary, Cinemed, Fiff Namur, Buenos Aires, Durban, Le Caire, FESPACO, Carthage et ont remporté plusieurs prix internationaux. Son quatrième court métrage, I promise you paradise, vient juste d’être sélectionné à La Semaine de la Critique 2023. Après un passage au Torino Film Lab, au Red Sea Lodge et au Rotterdam Lab, Morad développe actuellement son premier long métrage Aisha can’t fly away anymore à la Résidence du Festival.




bottom of page